Vidéo Stage Parapente en Andalousie Mars 2019

Vidéo

Une magnifique vidéo pleine de souvenirs de notre stage de parapente en Andalousie en Mars 2019.

Merci à Philippe pour le montage.

9 minutes de superbes paysages, tapas et parapente avec Rdv en Air Inconnu.

A priori, départ au mois d’Octobre cette année du 6 au 20 octobre.

Plus de news à Venir

Résumé d'un stage vu par un jeune pilote.

Samedi 15 Mars : Les premiers pas en Andalousie

C’est partis pour un séjour en Andalousie, d’abord 2h de train. Par un pur hasard je me retrouve à côté de James. On va voyager ensemble. Une fois sur Paris on prend deux RER ça ce goupille plutôt bien, pas de problème. On arrive à l’aéroport où l’on retrouve nos compagnons de vacance Nico, Seb, Greg et Philippe. Notre avion a un peu de retard, mais rien de grave. 2h d’avion jusqu’à Malaga et nous voilà arrivé en Andalousie. Une fois sur place, on retrouve Sami qui nous accueille à la sortie de l’aéroport avec un grand sourire. Certains d’entre nous ont des soucis avec leurs bagages, du coup on patiente un peu, en attendant on retrouve Geo et Alain qui nous attendent au camion loué sur place.

Même pas une heure passée sur place et déjà le dépaysement est total, grand soleil, palmiers, le paysage est un mélange de mer et montagne c’est vraiment superbe. On prend la route direction Cenes de la Vega, notre QG. Les paysages sont assez arides il y a des champs d’oliviers partout, c’est très vallonné. L’architecture est originale, c’est un mélange entre style oriental, provençal et contemporain.

Une fois sur Cenes on va direct sur notre premier espace de vol qui se trouve être ici, à Cenes de la vega. On repère les lieux pour notre premier vol de demain matin. Après tout ce voyage on a bien mérité un peu de détente, direction “chez Fali” le meilleur bar à tapas, restaurant de Cenes. On y retrouve Neftali, l’équipe est maintenant au complet.

Apres quelques bières et quelques somptueux plateaux de tapas, on part à l’hôtel pour se reposer. C’est un hôtel sympa, modeste et accueillant. Il y a un bar carrément dans l’hôtel, c’est un bon spot pour ce reposer après une bonne journée de parapente.

Dimanche 16 Mars : Les premiers vols Andaloux à Cenes de la Vega

Réveillé super tôt, je suis un peu excité à l’idée de voler ici, du coup, je ne veux pas en perdre une miette. Je prend mon petit déjeuner à l’hôtel puis, je vais faire un tour dans Cenes histoire de voir comment se réveille une petite ville andalouse.

Tout le monde est prêt, on monte au déco. Neftali nous explique la météo générale de l’Andalousie afin de bien comprendre que par exemple sur notre site aujourd’hui nous n’allons pas sentir le vent météo une fois que le soleil aura suffisamment chauffé la vallée et que les brises montante seront installées.

Cenes est un site habituel de vol libre c’est un concept un peu spécial. En andalousie on a les sites officiels et les sites habituels, en gros ce sont des sites qui certainement juridiquement ne peuvent pas être déclarés officiels mais ils sont considérés comme tels par tout le monde. Par exemple, à Cenes de la Vega, les hélicoptères de la Guardia Civiles contourne très largement le déco afin de ne pas nous déranger et pourtant, nous volons prêt d’une base militaire qui est bien évidemment protéger par une TMA. Je ne vais pas m’étaler sur le sujet mais c’est une mentalité à laquelle j’adhère totalement. Le site a un dénivelé de 700m environ et une exposition ouest, sud ouest qui est alimenté principalement par la brise.

Nous voilà prêt pour notre premier plouf en Andalousie Les conditions sont calmes. Je décolle dos voile, les trajectoires sont faciles à prendre mais les repères pas évident à comprendre. Je fini un peu court et atterri dans le talus juste un peu avant le terrain d’atterrissage. Rien de grave, faudra juste que je sois plus rigoureux sur mes prochains vols.

Une fois de retour au déco, c’est reparti pour un plouf. les conditions sont bien plus installées, elle vont même être bientôt trop fortes pour nous. Le vol est beaucoup moins stable que le premier mais du coup il est bien plus intéressant. C’est plus facile cette fois, les repères sont acquis. Je réussi mon approche et mon final sans soucis particulier. Au deuxième atterrissage on sent que tout le monde est plus à l’aise qu’au premier.

On remonte encore une fois. On voit quelque locaux faire des acrobaties au dessus du déco. Il faut savoir que Raul rodriguez, un des pionniers du parapente acrobatique et Ramon Sanchez, un champion dans le domaine du paramoteur, habitent tout prêt et sont souvent ici.

On repart pour un troisième vol. Les conditions sont cool. Je fais pour la première fois un décollage face voile. Je m’y reprends à plusieurs fois mais ça c’est bien passé. Le vol est agréable mais ça porte pas mal. Je suis obligé de casser ma finesse à l’aterro sinon je vais arriver au bout, voir, en dehors du terrain.

C’est une bonne journée. Il est temps d’aller se prendre une petite bière chez Fali est de manger un bout. Il faut marcher à peine 5 minutes pour aller de l’aterro à chez Fali.

Lundi 17 Mars : vols à Cenes de la Vega

Aujourd’hui on retourne à Cenes mais cette fois on va commencer à faire des exercices. Pour le premier vol Geo nous fais faire des exercices de tangage, je n’en ai jamais fait. Apparemment c’est une étape importante dans l’apprentissage du parapente, cela ouvre les portes à beaucoup de manœuvres aériennes. L’exercice s’est bien passé, Geo ma juste dit qu’il ne fallait pas y aller plus fort et ma temporisation était bien. Je vois tout le monde faire leurs exercices chacun leur tour pendant que je range ma voile. c’est intéressant de regarder les autres et d’écouter les commentaires de Geo. Comme ça on peu imaginer que j’y suis allé plus fort que lui ou a fait une plus belle tempo que moi, pas du tout dans un but de savoir qui est le plus fort, mais plutôt de pouvoir imaginer ce que notre prestation pouvait donner de l’extérieur.

On est reparti pour un deuxième vol. Sami me prête son vario. Ce vol est super intéressant pour moi, c’est la première fois que je peu lier mes sensations et le comportement de ma voile, au son d’un vario. J’améliore un petit peu à chaque vol les réglages de ma sellette je n’ai pas encore beaucoup volé avec mon matériel car je l’ai reçu cet Hiver.

On fera encore un vol aujourd’hui à Cenes. J’ai toujours le vario de Sami du coup, voulant bidouiller des trucs en vol je tiens pour la premier fois mes commandes à une main ça parait anodin quand on sait le faire mais la première fois c’est un coup à prendre.

Dernière chose pour aujourd’hui nous allons installer nos accélérateurs. Pour la plupart il n’est pas installé ou pas correctement réglé, comme moi par exemple. Je ne risquais pas de réussir à le régler, car pour être bien, il faut être trois ou avoir un portique.

Mardi 18 Mars : Vols au Jabalcon

Aujourd’hui on part dans le Plateau de la Hoya Baza, cette fois, c’est un site officiel et une fois sur place, on comprend pourquoi. Le cadre est magique c’est impressionnant. Il y a un lac magnifique avec au bout, un barrage, au milieu des terres arides. Nous décollons d’une grosse masse rocheuse posée au milieu des champs que l’on apelle le jabalcon. C’est un site de malade ! Il y a là aussi un dénivelé d’environ 700m. Il y a quatres décos : 2 décos Ouest (bas et haut) un Est et un Sud. Nous allons prendre le déco Ouest à 1480 le plus haut !

C’est partie pour le premier vol au jabalcon. Le décollage est très large mais se termine par une sorte de muret qui donne ensuite sur la roche donc il vaut mieux être sûr de la qualité de son déco quand on arrive à ce muret pour éviter les cascades. Pour le premier vol, on fait un exercice d’oreille accéléré afin de tester le comportement de notre matériel avec l’accélérateur et développer des sensations. Ensuite un exercice de 360° assez timide pour ma part, j’en fait des plus gros sans faire exprès… L’atterrissage se passe bien, le terrain est très large. Son seul défaut est de ne pas être plat mais un peu en forme dôme donc si on dépasse le dôme sur notre final on se retrouve souvent au bout de l’aterro, notre finesse étant à peu prêt équivalente à l’angle de la pente. Il faut donc essayer de ne pas dépasser le milieu de notre terrain .

Pour le deuxième vol au Jabalcon, on fera un exercice de tangage Très intéressant car même si je ne sais le faire que depuis hier, les différentes actions à faire pendant l’exercice de tangage sont tellement logiques qu’elles sont simples à rendre instinctives. Quand on réussit des exercices comme ça, on a envie d’aller plus loin et de tester des choses mais il ne faut pas aller trop vite.

Tout le monde ne décollera pas sur ce vol car les conditions au déco ne sont pas bonnes, les gars se retrouvent vent de cul. En attendant on va chercher les sandwichs au village de Zùjar. Neftali en profite pour nous raconter l’histoire du Jabalcon et de Zùjar je vous laisserais le soin de découvrir cette histoire par vous même. Zùjar malgré sa petite taille a une grande histoire. Pour vous donner un exemple, au XIIIe siècle Zujar résista durement à la conquête des Rois Catholiques et finit par céder son village par capitulation. Ce qui veux dire que la conquêtes catholique n’avait pas réussi à reprendre ce village par la force autant dire que ça lui donne déjà une grande valeur historique rien que par ce symbole.

On retourne au déco, cette fois les conditions s’installent très clairement. Geo nous ouvre le chemin et nous matérialise les thermiques autour du déco. Je pars en premier et pour la première fois de ma vie je vais travailler un thermique à l’aide du vario de Geo qu’il m’a prêté pour l’occasion. C’est pas super évident de comprendre vraiment quoi faire dans l’espace et savoir comment tourner avec quelle rayon. Avec le recul je me dis que je me posais peut être trop de questions. Seb ce jour là, part a droite et réussi la prouesse du stage en montant à 2500m d’altitude. Il nous confiera à l’aterro qu’il aurai certainement pu monter encore plus, mais que dans le doute, il préféra sortir. J’ai vu les autres aussi s’amuser en thermique autour et au dessus du déco, c’etait sympa de les voir en l’air. J’étais super content de mon vol, mes premiers thermiques un peu loupés mais super intéressants.

On remonte, cette fois le vent est plus fort, dans le doute je décolle au même endroit que Neftali, un peu plus haut où l’on sent moins le vent pendant le lever de voile donc pas d’effet spi. Ce vol était super agréable, on tenait en l’air seul grâce à des ascendances dynamiques et surement un peu de restitution ou quelque chose comme ça, ça sera mon plus long vol du stage et mon plus long vol jamais réalisé d’ailleurs, presque 40min en l’air. Je commence aussi à être plus précis sur mes aterros, mais j’ai appris sur ce vols qu’il fallait éviter de viser un point qui est à 2m juste devant la manche à air, évité grâce à une manœuvre improvisée.

Après une journée de vol vraiment sympa, qui est pour moi la meilleur du stage, nous décidons d’aller voir le village d’enfance de Neftali qui est un village troglodyte. Une fois sur place on voit les maisons encastrées dans la roche. Neftali nous raconte que c’est aussi d’ici que vient le premier skater professionnel espagnol et vu la configuration des rues et des routes c’est pas étonnant, la ville est un skatepark géant avec des gaps et des rampes partout. On rencontre la population du village. Je me retrouve à discuter avec deux anciens à l’entrée du bar, toujours avec mon espagnol ridicule. Ils m’ont fait beaucoup rire, surtout quand ils m’ont dit que la Normandie se trouvait à la frontière italienne.

Quelque boissons, quelques tapas et nous voilà reparti pour manger dans un resto tenu par un cousin de Neftali si j’ai bien compris. Nous y mangerons un repas succulent avec par exemple, du requin frit et plein d’autres spécialités.

Mercredi 19 Mars : Vols à Cenes de la Vega et visite de Grenade

Aujourd’hui la météo nous fait rester à Cenes, on va voir si l’experience acquise au jabalcon peut nous servir ici. Pour le 11 ème vol de notre séjour on est reparti pour un exercice de tangage, réussi sans difficulté. Geo me répétera de ne pas y aller trop fort quand même.

Une fois tout le monde arrivé on remonte aussitôt pour cette fois, un vol avec des conditions plus sympas. Je décolle, commence à travailler quelques thermiques à droite du déco. Seb décolle à son tour. On gère notre espace aérien sans difficulté. C’est ensuite à Philippe de décoller il nous rejoint et là ça commence à devenir compliqué, on a pas l’habitude de voler en groupe. A deux c’est facile de gérer c’est priorité mais à 3 c’étais un peu compliqué surtout qu’on arrête pas de rentrer sortir de nos thermiques en faisant des manoeuvres un peu hasardeuses. On finit par tous se diriger vers l’aterro. Philippe prend l’initiative de descendre aux oreilles, seb et moi gérons notre approche, on finit par partager notre terrain. C’était un vol super sympa, un peu stressant mais ça fait parti des choses que je veux vivre, le vol en groupe et les vols de grande altitude donc très satisfait de cette expérience.

Il est déjà tard les vols étant plus longs il est plus difficile dans faire plus. La météo elle aussi est plutôt mitigée. Nous allons donc à un petit restaurant au village à côté dont j’ai oublié le nom. Neftali nous a parlé de ce restaurant on vous y sert une sorte de grosse paella juteuse où il faut commander pour huit quand vous voulez manger pour dix, c’était super bon.

Après un bon repas et un peu de repos à l’hôtel, on part pour une petite visite de Grenade. On prend le bus. Neftali nous emmène dans le vieux Grenade très atypique. Des toutes petites ruelles tapissées de motif soigneusement dessiné avec des galets mis à champ, c’est très travaillé. les bâtisses sont tordue,s les ruelles très biscornues le tout souvent recouvert d’un enduit lisse blanc sûrement en rapport avec les étés très chauds qu’ils peuvent subir ici. On finit le vieux grenade par de très belles places, avec une vue imprenable sur l’Alhambra, un grand palais Arabe qui a une très grande histoire lui aussi. il céda d’ailleurs son nom à la bière locale qui est très bonne. L’usine et toujours ici en ville. Afin de s’agrandir ils ont voulu la déplacer mais ils n’ont pas trouvé de source d’eau qui pouvait rendre, elle aussi, le goût si pur de l’Alhambra. Et oui, j’aime la bière.

On continu cette promenade par ce que l’on a appelé, le tapas cross. Il s’agit de se déplacer de bar en bar comme on espérerait le faire de thermique en thermique afin d’atteindre un but qui, pour le coup, sera une ivresse collective, très festive. Bien sûr, chacun était en droit de participer ou non mais il semble que tout le monde semblait enthousiaste pour cette aventure. je tairais la suite de cette épopée car pour vous dire, même mes photos sont floues…

Jeudi 20 Mars ; Vols à Lora

Je fais une journée plus cool aujourd’hui, car pas évident de se remette de la soirée d’hier. On part en direction de Loja une fois sur place encore un site magnifique avec au sommet des éoliennes. Le sol du déco et recouvert d’une pierre très calcaire d’un blanc étincelant. En plein soleil ça fait presque autant mal au yeux que la neige. le déco et super large encore une fois. Il n’y a pratiquement personne, encore à ce déco, c’est hallucinant. Les sites sont tous plus magique les uns que les autres, mais on ne trouve jamais plus de 5 ou 6 parapentistes et rarement des locaux. En même temps c’est différent, chez nous on galère à trouver une belle journée de vol alors que là bàs c’est tout le temps donc forcément les gens se jette moins dessus. Il y a un dénivelé encore une fois très sympa de 600m avec un aterro énorme.
prépare notre matériel et je décolle pour mon 13 ème vol séjour, cadre encore une fois magnifique le site est très simple très repère visuel efficace il y a une carrière sur la descente qui doit certainement développer de gros thermique le moment venu. Une approche simple, heureusement d’ailleurs parce que je n’ai pas les idées très claires ce matin cela me vaudra un atterrissage un peu nul d’ailleurs.

Les autres repartent pour un autre vol, moi je décide de rester avec Sami en bas histoire de me reposer un peu pas vraiment super content de rater des vols mais bon ça sert à rien de se forcer alors que l’on sait très bien que l’on a pas trop la tête à ça. Tout le monde arrive sans soucis et on va manger au petit resto du coin on retrouve un parapentiste du coin qui est originaire du Quebec. Il est venu vivre ici pour le parapente et on le comprend.

Après manger on repart pour un vol, certains restent sur le banc de touche, moi je décide d’y aller. Le vent est plus fort. Après 3 essais redoutablement bien ratés avec un très mauvais voir aucun contrôle de voile et un peu d’énervement inutile, Je finis par me résigner à rester au sol. Un peu déçu pour le coup mais bon c’est rien, il y en aura d’autre. Les gars en tout cas ont l’air d’avoir bien pris leur pied, un vol légèrement thermique mais avec de grosses dégueulantes sur le trajet donc pas très long.

On retourne ensuite à Cenes se reposer tranquillement après tout c’est aussi des vacances.

Vendredi 21 Mars Vols à “la Herradura”

Direction la Herradura, une ville de bord de mer, On espère que le vent s’installe suffisamment pour faire un peu de soaring. Arrivé sur place c’est plutôt original. On décolle sur un petit terrain juste au dessus des maisons et des immeuble. On passe au dessus de la ville. C’est une plage de petit galet et de sable gris, avec des petites buttes de terre où sont plantés des palmiers énorme. Le cadre et vraiment sympa.

c’est partie pour mon 14 ème vol en andalousie. C’est un petit vol il y a à peu près 100m de dénivelé mais vraiment sympa tu passes au dessus de la ville, fais une PTU au dessus des palmiers pour finir sur la plage tranquille. tu passes tellement prêt des balcons que tu pourrais presque saluer les gens en passant.

Les conditions ne s’installent pas vraiment du coup en espérât en profiter plus tard, on décide d’aller manger. On nous conseille un Resto super bon. On nous à servi des miches de pain présenté sur des petites serviettes, des plats superbement présenté avec l’aperitif compris dans le menu. Le tout moins cher qu’un restaurant ouvrier chez nous. C’est ce genre de chose qui vous donne envie de rester. Certaines choses sont aussi chères chez eux que chez nous, un ticket de bus coûte le même prix par exemple, mais la bouffe et la boisson, ça n’a rien à voir. Ce restaurant aurait 3 étoiles chez nous.

On retourne sur le site de vol les conditions ne s’installent toujours pas après un peu de “parawaiting” quelque chose de très courant chez nous, enfin je n’ai pas beaucoup voyagé en tant que parapentiste, mais attendre que les conditions s’installent, je pense que c’est quelque chose de récurant, où que tu sois. On se décide à refaire un plouf pour le fun, on y verra Philippe réussir son aterro le plus précis car il y avait des filles sur la plage. Seb nous aura fais le coup d’aller se commander un café au bar de la plage avec sa voile en bouchon en atterrissant juste à côté.

On décide de partir vers un autre déco beaucoup plus haut où nous atterrissons quand même sur la plage. Apres un peu de route nous voilà prêt. Geo part pour ouvrir le vol arrive sur la plage avec 200m de gaz, plutôt large, mais il a une Delta2. Philippe part ensuite, mais n’arrivera pas jusqu’à l’aterro officiel, obligé d’aterrir sur un autre terrain de secours conseillé par Nefta. Le soleil se couchant et le site nous obligeant à avoir un pilotage parfait et du matériel performant, nous obligera à passer notre tour. On remballe et on retourne à Cenes.

Samedi 22 Mars : Vols à Padul

Dernier jour de vol la météo n’est pas très clémente aujourd’hui, mais heureusement pour nous, les perturbations traversent toute l’Espagne mais épargnent L’andalousie pour la matinée, mais il risque d’y avoir beaucoup de vent qui s’installe dans l’après midi. On en profite pour aller sur un autre site officiel. Il sera le cinquième site découvert en Andalousie en une semaine. Arrivé sur place le site est plutôt accueillant un aterro énorme, un dénivelé sympa, juste le déco recouvert de cailloux pointus.

Premier petit plouf pour tout le monde le vent n’est pas encore vraiment installé la descente se fait sympathiquement en longeant le relief, on fait notre Pts au dessus des pins et on aligne notre final dans un chemin matérialisé au milieu d’un champ. C’est aussi un petit site sympa, que j’aime beaucoup, et que j’aimerai refaire à coup sûr, quand je reviendrai en Andalousie.

On retourne faire un deuxième vol, le vent s’installe fort. Ayant perdu un peu confiance en moi à Loja, sur mon déco face voile, et vu le sol du déco, je préfère ne pas risquer d’endommager mon matériel et passer mon tour pour ce vol. Tout le monde décollera tant bien que mal, certains ont fait preuve d’une grande volonté en s’y reprenant plusieurs fois et en ne cédant pas, j’ étais très impressionné.

Tout le monde remonte à nouveau pour tenter un dernier essai. Cette fois les conditions sont vraiment limite. Certains tentent, mais certainement épuisés par les tentatives du vol précédant finissent par abandonner à leur tour. Sami quand à lui nous fera une magnifique démonstration en décollant avec sa voile d’acro.

Une fois cette séance de vol achevée, il est temps de finir comme on a commencé, avec des énormes plateaux de tapas chez Fali. On se remémore un peu notre séjour, on discute avec les locaux devant une bonne bière histoire de se détendre un peu pour le voyage qui nous attend le lendemain. Et oui, c’est déjà fini, demain, c’est le retour.

Le soir on ira se promener un peu dans Grenade. Certains pour trouver des souvenirs, moi pour découvrir un peu d’autre facette de la ville comme les marchés orientaux, la cathédrale, les énormes glaces que l’on trouve partout dans les rues, des architecture remarquable que l’on ne peu trouver nulle part ailleurs. C’est vraiment une ville très sympa.

Certain passerons leur nuit dans une soirée à Cenes qui avait l’air sympa, mais pour ma part un bon sommeil réparateur m’a bien suffit.

 

 

Dimanche 23 Mars : Le Retour et ma conclusion

Et voilà ce matin on prend le camion en direction de l’aéroport le séjour est fini. Aucun soucis à l’aéroport. Mon plus mauvais souvenir est d’arriver dans le RER Parisien où là je me suis dit et voilà l’Andalousie c’est fini. Heureusement après avoir pris le train j’ai quand même retrouvé le sourire en retrouvant ma petite famille et mon petit chez moi.

En conclusion Je dirais que j’ai passé un séjour vraiment super sympa. Que j’ai pu découvrir l’andalousie sous tous les angles, que j’ai découvert une population super sympa. L’andalousie est un énorme terrain de jeu pour le parapente et qui n’exploite pas encore tout son potentiel mais déjà il y a tellement à faire. Il y a déjà 32 sites sur la carte des sites officiels et habituels mais certain ne sont pas écrit donc on peut compter 40 sites de vol si on fait 5 sites a chaque séjour il va falloir revenir souvent pour faire le tour. L’andalousie a une histoire énorme et très intéressante il y a plein de choses à comprendre quand vous écoutez Nefta qui vous raconte ses histoires vous êtes captivés et en demandez toujours plus.

En plus de tout ça j’ai évolué énormément là bas. Je suis dans ma première année de parapente, avant de partir j’avais fait 15 vols ce qui veux dire que j’ai fait plus de vol en andalousie que dans ma vie. Au final je repars avec une accélération hallucinante sur mon apprentissage et des souvenirs énorme sur tous ces sites magiques..

On avait un groupe de tous les âges, de tous les styles et on s’est vraiment super bien marré tous ensemble. Cette semaine tous ensemble a certainement crée des liens quelque part.

Je déconseillerais juste aux personnes qui parlent espagnol de partir en stage là bas car vous risqueriez dit rester, vivement que j’y retourne